• 10 choses à savoir sur le film Nelly et Simon : Mission Yéti

    jeudi 29 octobre 2015

    La maison de production 10e ave a amorcé le tournage de son troisième long-métrage d’animation, qui sera presque entièrement réalisé à Québec

    PHOTO STEVENS LEBLANC | Le directeur artistique Philippe Arseneau Bussières et les réalisateurs Nancy Florence Savard et Pierre Greco sont aux commandes du tournage de Nelly et Simon : mission yéti.

     CÉDRIC BÉLANGER | Jeudi, 29 octobre 2015 22:51

    Après le Grand Nord dans La légende de Sarila et la campagne dans Le coq de St-Victor, la maison de production de Saint-Augustin-de-Desmaures 10e ave transportera les cinéphiles du Vieux-Québec jusqu’au Népal dans son nouveau film d’animation Nelly et Simon : mission yéti. Voici 10 choses à savoir sur ce long-métrage dont le tournage a pris son envol cet été dans la région de Québec.

    1. L’histoire

    Comme le nom du film l’indique, les deux héros tenteront de prouver l’existence de l’abominable homme des neiges en partant à sa recherche dans l’Himalaya. Nelly est une détective curieuse et gaffeuse, tandis que Simon est un étudiant en anthropologie de l’Université Laval. «Pour Nelly, je me suis inspiré de Katharine Hepburn, une actrice des années 30 à 50 qui jouait des personnages aventureux», dit Pierre Greco, qui réalise le film avec la productrice Nancy Florence Savard.

    2. Gonfler les  personnages

    Le tournage, qui durera deux ans, en est à ses débuts. Présentement, les artistes du studio Volta conçoivent les personnages, les décors et les lieux du film. «Nous prenons tous les objets que Philippe Arseneau Bussières [directeur artistique] a créés et on les amène en volume. Autrement dit, c’est comme si notre personnage était un ballon qu’il faut gonfler. On leur donne du volume et une ossature. Cette étape va se terminer aux Fêtes», explique Mme Savard.

    3. Un mainate et un prof

    Les médias ont pu découvrir deux personnages du film hier, lors d’une rencontre dans les studios de Volta: un mainate, qui est un oiseau parleur, baptisé Jasmin, ainsi que le professeur d’université Taylor.

    4. Décors disparus

    Pour créer les décors de l’Himalaya, l’équipe du film a fait un voyage au Népal l’an dernier. Or, le séisme meurtrier qui a frappé ce pays au printemps a tout détruit les lieux visités par les Québécois. «Notre film aura peut-être une valeur d’archives parce qu’on va mettre à l’écran des décors qui n’existent plus là-bas», souligne Nancy Florence Savard.

    5. Le choix des cheveux

    La création d’un personnage est un défi. Ainsi, il a fallu quelques semaines de discussion aux artisans du film uniquement pour choisir la chevelure du professeur Taylor parmi la vingtaine de modèles proposés par les artistes-sculpteurs.

    6. Les voix

    Pour l’instant, on sait seulement que Sébastien Benoît prêtera sa voix à un journaliste, un personnage secondaire. L’identité des autres comédiens ayant pris part à l’enregistrement des voix, qui s’est en grande partie déroulé cet été, n’a pas encore été dévoilée.

    7. Inspiré d’alpinistes célèbres

    Le scénario de Nelly et Simon : mission yéti s’inspire de la tentative des alpinistes George Mallory et Andrew Irvine d’atteindre le sommet de l’Everest, en 1924. «On n’a jamais su s’ils ont réussi, car ils sont morts et on a découvert leurs corps en 1999», raconte Pierre Greco. «Notre histoire se passe dans les années 50», ajoute-t-il, rappelant que l’Everest n’a été conquis qu’en 1953.

    8. Poursuite sur les toits

    Une séquence d’action devrait susciter la curiosité des résidents de Québec. Les héros du film seront impliqués dans une poursuite dont le théâtre sera une série de toits du Vieux-Québec. «Ils sont tellement beaux. On trouvait que c’était un endroit parfait pour une poursuite», confie Philippe Arseneau Bussières.

    9. Le coût d’un personnage

    La création d’un personnage de film d’animation coûte de 35 000 $ à 40 000 $, peu importe le temps qu’on le voit à l’écran. Mission yéti compte 60 personnages, dont une trentaine ont besoin d’être définis davantage que les autres. Les concepteurs doivent aussi créer environ 35 lieux. Dans un film qui coûtera de 5 à 6 millions de dollars, il faut parfois «tricher pour rester dans le budget», admet Nancy Florence Savard.

    10. Une grosse équipe

    Plus de 200 personnes travaillent à la production de Nelly et Simon : mission yéti, qui est tourné à 99 % à Québec. Amorcé en mai dernier, le tournage devrait se conclure en mars 2017. L’animation sera alors terminée et il ne restera plus qu’à achever le bruitage et la composition de la musique, qui seront aussi réalisés dans la capitale.

    10E AVE CHERCHE SON STEVE JOBS

    Nancy Florence Savard est à la recherche d’un investisseur privé pour financer ses longs-métrages d’animation. Un peu comme Steve Jobs l’a fait quand il a injecté plusieurs millions de dollars dans Pixar, dans les années 80.

    «On aimerait trouver un partenaire qui aurait l’audace de nous soutenir pour trois productions en continu», dit celle qui est à la tête de Productions 10e ave, à Saint-Augustin-de-Desmaures, et dont les films sont pour le moment majoritairement financés par Téléfilm Canada et la SODEC.

    La productrice souhaite créer des franchises en animation qui seraient tournées à Québec. Ce pourrait être avec Nelly et Simon, dont le premier épisode, Mission yéti, est actuellement en chantier. Ou encore avec Brad le génie, une série jeunesse de 10 livres dont elle a acquis les droits pour le grand écran.

    «Il y a eu Indiana Jones et Star Wars 1, 2 et 3; nous, on voudrait faire Brad 1, 2, 3 ou Nelly et Simon 1, 2, 3. On cherche donc un mécène qui aime Nelly et Simon ou encore Brad», explique Nancy Florence Savard.

    Ce mécène doit-il être Québécois ou provenir de l’étranger?

    «Toutes ces réponses sont bonnes», a répondu évasivement la productrice, qui se targue de «retourner des chèques» à tous ses investisseurs avec ses projets en animation.

    Des emplois pour 12 ans

    Pour 10e ave, le principal enjeu est de garder les artistes qui travaillent sur ses films à Québec. Présentement, si le financement public d’un projet retarde le début de la production , on risque que les animateurs, qui sont très demandés, aillent chercher du travail ailleurs.

    «Une chance qu’à Québec, plusieurs sont capables de travailler dans l’industrie du jeu. C’est pour ça qu’on essaye de faire beaucoup de maillage entre les industries du jeu et de l’animation pour que les ressources restent ici et puissent continuer de travailler.»

    «Si, enchaîne-t-elle, on avait trois contrats à l’avance, on serait assurés dans la région de Québec d’avoir un 10, 12 ans de production devant nous. Les artistes pourraient continuellement s’améliorer.»

    NELLY ET SIMON : MISSION YÉTI

    Budget: de 5 à 6 M$

    Production: de mai 2015 à mars 2017

    Sortie: entre décembre 2017 et décembre 2018

    Réalisateurs: Pierre Greco et Nancy Florence Savard

    Scénario: Pierre Greco et André Morency

    Production: 10e ave

    Direction artistique: Philippe Arseneau Bussières

    Musique: Olivier Auriol

    http://www.journaldemontreal.com/2015/10/29/10-choses-a-savoir-sur-le-film-nelly-et-simon–mission-yeti

    Pages liées
  • Langue:

  • octobre 2015
    D L M M J V S
    « Juin   Fév »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Politique de confidentialité
    Suivez-nous    
    Graphisme Annie St-Amant Programmation Sébastien Légaré Propulsé par Wordpress